Les clés de l’intégration

Tous les articles ont été écrits par des bénévoles et n’engagent en aucun cas ni leurs auteurs ni l’association. Ces articles sont la somme de nos recherches et de nos expériences. Si vous avez des éléments à apporter, pour modifier ou agrémenter nos articles, n’hésitez pas à nous contacter.

intégration Turquie

1. L’apprentissage du Turc

Quels que soient votre objectif, vos motivations ou la durée de votre séjour, l’apprentissage de la langue est absolument indispensable.

Commencez le plus tôt possible et, si vous en avez l’opportunité, avant même de vous installer en Turquie. Des dizaines de méthodes, d’écoles, de professeurs particuliers, de programmes interactifs sur Internet existent. Soyez pragmatiques dans vos choix : privilégiez , au moins pour démarrer, des programmes “intensifs” qui vous mettront rapidement dans le bain.

Sachez toutefois qu’il n’y a pas de “méthode-miracle” et que, comme souvent, tout repose sur le travail personnel ! Alors… Kolay Gelsin !

2. L’acquisition de la nationalité Turque

Sans vouloir rentrer ici dans les détails de la procédure d’acquisition, il me semble utile d’attirer l’attention de tous sur ce sujet. De nombreux membres de la Passerelle ont déjà effectué cette démarche et pourront vous renseigner, vous mettre en contact avec d’autres personnes dans votre situation. C’est aussi là, l’un des objectifs majeurs de l’Association : partager nos expériences communes, mettre à profit nos “expertises”. N’hésitez pas à nous contacter !

L’obtention de la Nationalité turque vous permettra, en autres, d’être dispensé des formalités de permis de résidence et de permis de travail.

En effet, il faut savoir que pour embaucher légalement un étranger toute société turque ou étrangère doit constituer un dossier de demande de permis de travail. Ces démarches sont longues et coûteuses ; par ailleurs, la Société devra prouver que le poste pour lequel l’étranger est pressenti, ne peut être occupé par un turc, c’est-à-dire, qu’il s’agit bien d’un “profil-clé” pour l’entreprise.

3. La recherche d’un emploi

Tôt ou tard se pose la question du travail : qu’il soit bénévole, à temps partiel ou à plein temps, le travail reste le facteur-clé d’une intégration réussie. Là aussi les méthodes de recherche d’emploi sont diverses et la Turquie a su très tôt s’adapter à l’ère internet (www.kariyer.net ;  www.yenibiris.com ; www.secretcv.com  pour ne citer que quelques sites). Tous les grands cabinets de recrutements internationaux ainsi que les agences de travail temporaire sont depuis longtemps implantés à Istanbul et dans les grandes villes du pays. Privilégiez les plus connus, consultez leurs sites internet, prenez rendez-vous avec leurs consultants.

Des centaines d’entreprises françaises sont présentes en Turquie : c’est sur ce créneau particulier que vous pourrez le mieux valoriser votre candidature.

Suivez les évènements de la Chambre de Commerce Française en Turquie www.ccift.com, d’Ubifrance, www.ubifrance.com , les salons et les foires correspondant au secteur qui vous intéresse : www.fuartakip.com, développez et entretenez vos réseaux grâce à www.linkedin.com  ; www.expat-blog.com.

Enfin, n’hésitez pas à “repartir de zéro” en acceptant quelquefois un poste qui vous semble inférieur à vos qualifications : vous ne resterez pas éternellement sur la 1ère marche… et surtout, surtout, ne prêtez jamais l’oreille à tous ceux qui vous diront que :“ça n’en vaut pas la peine”, “ faire garder son enfant pour gagner une misère, ça sert à quoi?”  “2 heures de trajet par jour, c’est insupportable” etc…

C’est peut-être dans un premier temps un passage obligé, c’est vrai, mais qui vous servira à coup sûr de tremplin pour une vraie carrière, une carrière à votre mesure dans le pays que vous avez choisi.

Dominique GÖKER

You must be logged in to post a comment.